Service Domicile » Actualités

Actus en Charente-Maritime

Un vrai pari sur l'avenir

Mercredi 26 Janvier 2011 - Lu 9 fois
Catégories : Charente-Maritime

C'est une charnière entre le port de commerce et le quartier de la Pallice : la Sirène, la salle de musiques actuelles du boulevard Delmas, n'ouvrira officiellement que le 1er avril. Mais en avant-première hier soir, l'ensemble de la communauté portuaire y a été accueilli, à l'occasion de la cérémonie des vœux. Les présidents du directoire du port, Nicolas Gauthier et celui de l'Union maritime Philippe Joussemet les prononçaient, en présence des préfets Bernard Tomasini et Henri Masse.

C'est une charnière dans le paysage urbain, mais c'est surtout pour la circonstance, un symbole du rapprochement souhaité. Après les tensions qui ont émaillé la vie du quartier en 2010 et ne devraient pas s'éteindre cette année. Un choc frontal sur le terreau du développement des trafics du port.

Alors, Nicolas Gauthier, entre deux trafics et deux projets à venir, prenant garde à ne pas en faire des tonnes, tend quelques perches pour éclairer une face que d'autres se chargent de noircir. Il tente de faire gagner l'idée que cette porte grande ouverte sur le monde a soin de ne pas revenir claquer au nez des habitants du quartier. Haute voltige. Parce qu'il y a d'un côté le record établi cette année : un trafic historique de 8 432 000 tonnes, qui marque une hausse de 12,25 % par comparaison avec une année 2009 où « La Rochelle avait assez bien résisté dans la conjoncture mondiale ». Et qu'il y a, de l'autre, des développements toujours plus nombreux qui sont annoncés et inquiètent les habitants. Sur l'anse Saint-Marc (la cimenterie Holcim), pour ne citer que ceux-là.

Voici un premier appel du pied : « un million de tonnes supplémentaires, ce sont 2 000 emplois créés. Les chiffres datent un peu, mais le port génère 14 000 emplois directs et induits ». Les investissements engagés sur le site sont, aussi, loin d'être anodins. La Pallice côté mer, c'est une intraveineuse dans l'économie. « 50 millions sur l'ensemble de l'infrastructure Saint-Marc, digue, terre-plein, quai. L'ensemble sera livré dans trois semaines. » S'y ajoute une première enveloppe de 7,3 millions, pour lancer l'extension de la plate-forme portuaire à la Repentie. Il est question de 35 hectares à gagner sur l'eau, et d'échéances qui se précisent : la digue, bouclée en 2012, en prélude au remplissage progressif du casier. Au final, le terre-plein sera livré par phases successives, au fur et à mesure que les débris du bâtiment et des travaux publics de l'agglomération rochelaise le combleront. Pour quelles activités ? Des appels à projets seront lancés, et les « projets sélectionnés seront compatibles avec l'environnement urbain, le quartier. »

Le préfet Tomasini apporte une bonne nouvelle et appuie la logique du poids économique : la commission européenne a accordé le 14 janvier 7,1 millions au port pour son projet de développement stratégique. Bernard Tomasini enfonce un autre coin. Ce projet est un investissement total de 67,7 millions. Cela comprend l'extension de la Repentie, la sécurisation des voies ferrées du port et donc l'accompagnement du développement du fret ferroviaire, le déroctage des accès nautiques, un second quai à Saint-Marc, enfin, l'aménagement du quai nord du bassin à flot.

Développement durable. Le concept est une réalité sur le site, insiste le président du directoire. Le port, conclut-il sur le chapitre des relations avec son environnement proche, c'est « une véritable volonté d'être le plus ouvert possible sur le quartier et ses associations. » Et d'illustrer la transparence avec deux exemples, dont le déplacement le 10 février prochain à Grand-Couronne, près de [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi