Service Domicile » Actualités

Actus en Cote d\'Or

  • Mardi 21 Juin 2011
    Nadine Morano et la Bourgogne parient sur l’apprentissage (Gazette Info) > Lire la suite

  • Vendredi 27 Mai 2011
    Chômage / Côte-d’Or : reprise à l’horizon ? (Gazette Info) > Lire la suite

  • Mercredi 25 Mai 2011
    EMPLOI. + 0,5 % de demandeurs d’emploi en Bourgogne, stable en Côte-d’Or (Gazette Info) > Lire la suite

Vendangeurs : les étudiants cèdent la place aux chômeurs

Mardi 21 Septembre 2010 - Lu 2 fois
Catégories : Cote d\'Or

Cette année, il y a moins d’étudiants, sécateur en main, dans les vignobles bourguignons, jurassiens et alsaciens.

Ce travail saisonnier et de courte durée (5-6 jours en général, jusqu’à une douzaine dans les grands domaines) retrouve un regain d’intérêt auprès des demandeurs d’emploi.

«Depuis deux ans, nous avions des difficultés à attirer les chômeurs», indique Jérôme Desblancs, directeur de l’agence de Beaune (Côte-d’Or) de Pôle Emploi qui gère les offres  des viticulteurs de Nuits-Saint-Georges à Santenay. «Aujourd’hui, les personnes sans emploi stable cherchent un complément de revenu», précise t-il.

Pourtant, jusqu’à la veille des vendanges qui battent leur plein cette semaine du 20 septembre, dans la Côte de Beaune, Pôle Emploi enregistrait un déficit d’offres : 3700 en provenance de 500 domaines contre 4500 en 2009.

Selon l’adage, on ne change pas une équipe qui gagne, beaucoup de domaines réembauchent les vendangeurs de l’année passée.

La mécanisation avance à grands pas dans une région pourtant réticente, il y a peu de temps encore.

Enfin, les petits domaines font les vendanges en famille, avec leurs salariés ou entre amis.

La raréfaction de l’hébergement au domaine -en raison des normes d’hygiène et de sécurité générant des investissements-, contraint aussi les vendangeurs à trouver de la tâche pas trop loin de chez eux, malgré l’organisation de transports (tournées dans le milieu rural ou navettes jusqu’à la gare) chez certains viticulteurs.

La proximité de l’agglomération dijonnaise explique sans doute que l’agence de Chenôve (Côte-d’Or), gestionnaire pour la première fois gère des offres de la Côte de Nuits (de Nuits-saint-Georges à la périphérie de Dijon), a reçu plus de demandes que d’offres. «1146 candidats pour 643 postes à pourvoir», relate Gisèle Grenette, directrice de l’agence.

Celles-ci émanent de 32 domaines de plus de 2 salariés, sachant que la Côte de Nuits est majoritairement constituée de petits domaines tenus uniquement par le propriétaire (ou le couple) contrairement à la Côte de Beaune, terre de plus grandes exploitations qui embauchent jusqu’à une cinquantaine de vendangeurs.

La crise aidant, la vendange très tendance il y a une quinzaine d’années, retrouve donc un regain d’intérêt.

Toutefois, ce [...]

Lire la suite de l'article sur Traces Ecrites | La lettre économique de Bourgogne, Franche-Comté, ...