Service Domicile » Actualités

Actus dans les Pyrénées Atlantique

  • Vendredi 14 Octobre 2011
    Les entreprises ont reçu plus de 2 000 visiteurs au Village de l'emploi > Lire la suite

  • Jeudi 06 Octobre 2011
    Pau : des offres d'emploi... sans candidats ! > Lire la suite

  • Mercredi 05 Octobre 2011
    Dix nouveaux emplois pour de bons petits plats > Lire la suite

Des travailleurs d'abord

Mercredi 17 Novembre 2010 - Lu 4 fois
Catégories : Pyrénées Atlantique

Pour la première fois aujourd'hui, Brigitte se présente devant un employeur potentiel en qualité de « travailleur handicapé ». « Je suis reconnue comme telle depuis trois ans, mais je ne l'avais jamais avancé. Je crois qu'il y a un moment opportun, il faut le sentir. » À la Maison des associations, hier, le forum « Rencontres et perspectives » mettait face à face ces demandeurs d'emploi et les entreprises, privées comme publiques.

« Nous avons prévu d'effectuer 120 simulations d'entretiens », compte David Richard, directeur de Cap emploi Pays basque, l'un des organisateurs du forum (1). Dix-sept entreprises ont dépêché leurs « DRH » (directeurs des ressources humaines) pour donner le change.

Entretiens à blanc et peut-être plus si affinités : certains professionnels cherchaient vraiment un profil.

Difficile de confier son handicap, quand on postule pour un job… d'éducateur sportif. Ce fut longtemps le cas de Brigitte. « Je souffre d'une névralgie chronique », confie-t-elle désormais. Le mal ne se voit pas de prime abord et ça n'est pas forcément plus simple. « Vous êtes travailleur handicapé, mais si vous ne le dites pas, ça ne se sait pas. Forcément, ça pose un problème de positionnement. »

La jeune femme le surmonte enfin par l'affirmation. Parce qu'« il est devenu trop difficile d'exercer comme éducatrice sportive ». Donc de cacher ce handicap. Cette entrave vient de décider du « moment opportun ». Attablée face au recruteur de la Caisse primaire d'assurance-maladie (CPAM), la demandeuse d'emploi joue carte sur table et s'en amuse : « En même temps, eux, ils connaissent tout mon dossier. Je ne peux rien leur cacher. »

Son CV lui permet d'envisager un rebond dans l'accueil, les relations publiques. Et ces exercices en situation rassurent. « L'entretien est l'un des freins importants pour le demandeur d'emploi », estime David Richard. « C'est encore plus vrai pour le travailleur handicapé qui doit aborder les contre-indications qui sont les siennes. » En somme, parler de restrictions dans un moment où le pire de nos défauts est d'être un-peu-trop-perfectionniste-je-crois. « L'idée c'est d'affirmer le travailleur handicapé et pas le handicapé, résume le directeur. Cela demande une certaine finesse en plus pour ces travailleurs-là. Plus encore que pour les autres. »

Dire cela, c'est rappeler une certaine vérité. Car l'emploi d'un handicapé, si consensuel dans les discours, n'est pas un franchement un réflexe dans la pratique. La preuve en est les dispositions coercitives (amendes) pour imposer 6 % de ces profils dans les entreprises de plus de 20 salariés. « On est à 4 %, indique David Richard. Mais il faut préciser qu'au Pays basque, 70 % des entreprises qui respectent les 6 % sont des très petites entreprises. Celles qui ne sont pas contraintes. » On reste loin du compte, puisque 10 % de la main-d'œuvre ont statut de travailleur handicapé.

(1) Le forum « [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi