Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

Le téléphone portable, nouvelle "pointeuse" des salariés

Vendredi 26 Novembre 2010 - Lu 254 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Innovation technologique ou régression sociale? Les femmes de ménage, gardes d'enfants et autres salariés des services à la personne peuvent désormais "pointer" au domicile des particuliers via des systèmes de télégestion, un marché en plein développement. 

Au Salon des services à la personne à Paris, des entreprises ont présenté leurs applications sur téléphone mobile, qui offrent aux associations ou entreprises privées intervenant chez les particuliers une meilleure traçabilité de leurs salariés. 

Concrètement, au début et à la fin de son intervention chez le client, la femme de ménage "flashe" avec son téléphone portable (fourni par l'employeur et muni d'un logiciel), un code barre, un lecteur à puces, ou un badge NFC, semblable au passe Navigo de la RATP. Ceux-ci sont installés chez le client sur le frigo, dans un placard, ou pour les personnes qui vont chercher un enfant à l'école, dans le cartable ou autour du cou de l'élève. 

Cela permet de voir si l'intervention a bien été réalisée 

Les données sont envoyées directement à l'employeur. "Cela permet de voir si l'intervention a bien été réalisée", dans un souci de "qualité du service et de traçabilité", souligne-t-on chez Medisys, éditeur de logiciels, affirmant: "le flicage n'est pas le but premier". 

Pourtant, si les associations d'aide à domicile se lancent dans ce créneau, c'est "à la demande des financeurs (Conseils généraux en charge de l'aide personnalisée d'autonomie, Caisses d'assurance vieillesse, etc.), qui ont des doutes sur les heures réelles effectuées", affirme Gérard Sauty (CFTC). "Cela permet de demander aux financeurs de payer la part qui leur revient", reconnaît Annie Morel, de l'association d'aide à domicile ADMR. 

L'intérêt est aussi de pouvoir mieux gérer les plannings, que le salarié reçoit directement sur son portable, explique Caroline Noublanche présidente de Prylos, qui a lancé la solution "Y-dom". 

0n s'inquiète de savoir si l'heure de prestation a été faite, mais pas comment elle l'a été 

Le dispositif permet aussi "une plus grande réactivité en cas d'anomalie", souligne Sophie Sibille, directrice chez O2, entreprise de services à la personne qui a équipé ses 6.300 salariés. "C'est aussi une protection pour le salarié, puisqu'il peut avertir s'il a un problème", insiste Pierre Waeselynck, chef de projet chez Annva. 

Dans ce secteur où les rémunérations sont souvent faibles, obtenir un mobile représente aussi un avantage en nature, d'autant que les employeurs accordent chaque mois entre 20 minutes et 1 heure de communication. Cela permet de [...]

Lire la suite de l'article sur LEXPRESS.fr - Emploi