Service Domicile » Actualités

Actus en Charente-Maritime

Du speed-dating pour trouver du travail

Jeudi 25 Novembre 2010 - Lu 16 fois
Catégories : Charente-Maritime

Ils ont entre 22 et 37 ans et ont tous un point commun : ils cherchent du travail. Ils, ce sont 13 jeunes de la Mission locale, de Pôle emploi ou de Cap emploi qui participent aux sessions de parrainage organisées par la Mission locale de Jonzac. « Nous choisissons des personnes aptes à l'emploi. Elles peuvent être embauchées tout de suite, précise Jacques Galliari, responsable de l'entreprise Cognitive Conseil et consultant à la Mission locale. « Les entreprises appellent même pour savoir si nous avons des jeunes disponibles. Cette formation est presque un label qualité. »

La Mission locale organise huit sessions de parrainage par an, cinq au premier semestre et trois au deuxième. Pendant cinq semaines, les jeunes en recherche d'emploi apprennent à se présenter et travaillent leur lettre de motivation ou leur CV. Maxime Bouteville a 24 ans, il cherche une place de commercial dans l'automobile ou dans l'informatique. « Cette formation m'a mis en confiance pour les entretiens d'embauche. »

L'objectif de cette formation est de se constituer un réseau. En effet, les jeunes, diplômés ou non, ne disposent pas toujours de contacts dans la filière qui les intéresse. Pour leur permettre de créer leur réseau, la Mission locale propose un programme de parrainage. A Jonzac, depuis 2006 et à Royan depuis peu, un véritable partenariat s'est instauré avec les entrepreneurs de la région. « Pour cette session, nous avons 23 parrains. Ils rencontrent les jeunes lors d'un speed-dating », explique Sylvie Bouvier, conseillère à la Mission locale.

Pendant huit minutes, les jeunes sont reçus par un ou deux chefs d'entreprise partenaires. Après une présentation rapide et structurée, ils discutent de leur projet. « Les deux parties reçoivent une fiche d'évaluation. En fonction des affinités des uns et des autres, un ou deux parrains sont attribués à chacun. Ils devront les suivre dans leur recherche », souligne Jacques Galliari.

Une quarantaine d'entreprises sont répertoriées mais elles ne participent pas à toutes les sessions. Si besoin, les candidats peuvent également faire appel à un deuxième réseau d'entreprises. Des parrains indirects qui acceptent de recevoir [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - Charente-Maritime