Service Domicile » Actualités

Actus en Charente-Maritime

Le social à l'échelle intercommunale

Mardi 25 Janvier 2011 - Lu 15 fois
Catégories : Charente-Maritime

Le sujet d'un Centre intercommunal d'action sociale, à l'échelle de la communauté de communes (CdC) de Saint-Jean-d'Angély, avait suscité moult questions lors de la dernière réunion communautaire le mardi 21 décembre. Toutefois, le vote, à bulletins secrets, n'avait pas laissé planer le doute. Par 28 voix pour, 3 voix contre et 2 abstentions, les élus communautaires avaient, alors, adopté le principe de la création de ce Centre intercommunal d'action sociale (CIAS).

Les Conseils municipaux des communes composant la CdC doivent, à leur tour, entériner cette création qui conduit la communauté de communes à modifier ses statuts et à compléter l'article consacré à la politique sociale, compétence qu'elle exerçait déjà, notamment, en direction des gens du voyage.

Les élus de Saint-Jean-d'Angély seront parmi les premiers, sinon les premiers, à se prononcer sur ce sujet lors du Conseil municipal convoqué le jeudi 27 janvier, à 19 heures, à l'hôtel de ville. Rien de plus logique à cela puisque l'initiative de ce CIAS revient à Paul-Henri Denieuil et à sa majorité municipale.

« Le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Saint-Jean-d'Angély reçoit, régulièrement, des personnes domiciliées dans les communes voisines pour lesquelles il ne peut intervenir », témoigne Sylvie Salade, adjointe au maire déléguée aux affaires sociales. « Un Centre d'action sociale, c'est le bras armé de la politique sociale de la Ville aujourd'hui, de la communauté de communes demain », plaide, de son côté, Paul-Henri Denieuil.

Les élus angériens ne se désengageront pas de l'action sociale en intégrant le centre communal à la CdC. « Cela doit nous permettre de mieux couvrir le territoire, de tenir des permanences en dehors de la ville alors qu'il n'en existe pas à l'heure actuelle, de développer de nouvelles actions », détaille le maire de Saint-Jean-d'Angély, en assurant que la participation financière de la ville ne baissera pas.

L'actuel CCAS, qui n'est pas une association, a perçu 230 000 euros de subventions de la Ville en 2010. « Notre engagement ne sera pas réduit, affirme Paul-Henri Denieuil. Il s'agit de mutualiser les moyens existants avec les autres communes. »

La création d'un Centre intercommunal d'action sociale est conditionnée à l'accord des conseils municipaux des 19 communes composant la CdC. Selon Sylvie Salade et Paul-Henri Denieuil, elle pourrait intervenir au 1er juillet 2011.

À ce moment-là, les cinq agents affectés aujourd'hui au CCAS de Saint-Jean-d'Angély intégreraient le personnel de la communauté de commune, aux côtés de la [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - Charente-Maritime