Service Domicile » Actualités

Actus dans le Gers

  • Vendredi 07 Octobre 2011
    Auch. Un Forum fourmilière hier au Mouzon > Lire la suite

  • Mercredi 05 Octobre 2011
    Auch. Sixième forum pour l'emploi > Lire la suite

  • Mardi 04 Octobre 2011
    Auch. L'IUT prépare aux métiers liés à la santé au travail > Lire la suite

« Je me sens utile »

Mercredi 17 Novembre 2010 - Lu 103 fois
Catégories : Gers

Sylvie Pinto-Guedes respire aujourd'hui. Presque dix ans après son accident du travail en 1999. Elle était alors salariée d'une société de nettoyage et a été reconnue travailleur handicapé. Sa vie s'est alors transformée en un véritable parcours du combattant. « J'ai été longtemps en arrêt maladie, puis on m'a licenciée car je ne pouvais pas être reclassée dans l'entreprise », rappelle-t-elle.

Le début des difficultés pour cette femme mariée et mère de deux enfants. « J'ai dû aller à Toulouse pour avoir mon taux de reconnaissance de travailleur handicapé, mais je ne touche rien car je ne suis pas assez handicapée », explique-t-elle. Elle perçoit une indemnité de licenciement puis l'allocation spécifique de solidarité. Elle enchaîne stages et formations qui ne mènent à rien. « J'ai envoyé des CV, mais soit je n'avais pas de réponse, soit je ne correspondais pas au profil recherché par l'entreprise. Il y a des choses que je ne pouvais plus faire. Et je ne disais pas toujours que j'avais un problème. Dire que l'on souffre d'un handicap peut freiner, et encore pour moi, il ne s'agit pas d'une pathologie lourde ».

À l'obstacle du handicap s'ajoute la barrière de l'âge. Sylvie a passé les 45 ans, ce qui ne facilite pas la recherche d'emploi. En proie aux doutes, elle se sent inutile. « Pendant ce temps, on reste chez soi, on a l'impression que l'on ne sert à rien, c'est long », se souvient Sylvie. Le téléphone sonne moins.

Jusqu'à ce que son dossier soit pris en charge par Cap Emploi à Auch et que sa situation finisse par évoluer. « C'est grâce à Cap Emploi que j'ai trouvé ce contrat », remercie-t-elle. Du 2 août au 2 octobre, elle est prise en stage à la Moisson des fleurs à Auch. « Je ne connaissais pas ce milieu, mais les fleurs, ça m'a toujours plu », ajoute Sylvie. Le stage est concluant, depuis le 5 octobre, Laury Vergé, la fleuriste, l'emploie pour deux ans en contrat d'apprentissage. « Ça y est, je me sens utile, quand je rentre chez moi le soir, je sais pourquoi je suis fatiguée. » Laury Vergé, son employeur, est également satisfaite de cette conclusion. « Cap Emploi explique vraiment bien les choses, les coûts d'apprentissage sont allégés. Cela se passe très bien, quand Sylvie est fatiguée, elle s'assoit, elle aime ce qu'elle fait, quand elle ne peut plus, elle s'arrête. Notre [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi