Service Domicile » Actualités

Actus dans le Bas-Rhin

  • Vendredi 14 Octobre 2011
    Services à domicile : quel effet des incitations fiscales ? > Lire la suite

  • Vendredi 08 Juillet 2011
    La Région Alsace a organisé le premier rendez-vous de l'apprentissage et des secteurs de ... > Lire la suite

  • Mardi 21 Juin 2011
    Le BTP s'engage à faciliter l'emploi des handicapés (Le blog du BTP - les métiers du bâtiment) > Lire la suite

Reichstett : Petroplus stoppe l'activité de raffinage, 253 emplois supprimés

Jeudi 21 Octobre 2010 - Lu 10 fois
Catégories : Bas-Rhin

Le groupe suisse Petroplus a annoncé aujourd'hui sa décision de convertir la raffinerie de pétrole de Reichstett, près de Strasbourg, en terminal de stockage, impliquant la suppression de 253 emplois.

Lors d'un comité d'entreprise extraordinaire, Petroplus a fait part du «projet d'arrêt de l'activité de production du site de PRR (Petroplus Raffinerie Reichstett) et sa transformation en dépôt de stockage et d'expédition» a déclaré lors d'une conférence de presse le directeur général du groupe, Jean-Paul Vettier.

Cette transformation implique la suppression de 253 postes et l'activité de stockage et d'expédition représentera 15 postes, a-t-il précisé. La raffinerie compte actuellement 255 salariés.

La décision de l'arrêt de l'activité raffinage devrait être prise formellement en janvier, à l'issue d'un processus d'information et de consultation des salariés.

Selon Petroplus, qui cherchait à vendre la raffinerie depuis avril 2010, «le processus de vente potentielle s'est achevé sans l'intérêt d'un repreneur».

«Dans un contexte difficile pour le marché du raffinage, et compte tenu des capitaux qui seraient requis, l'entreprise ne peut justifier les investissements nécessaires au maintien de l'activité du site», explique le groupe dans un communiqué séparé.

Petroplus «a proposé un plan de sauvegarde de l'emploi» avec «des mesures telles que l'aide à la recherche d'un nouvel emploi, l'octroi d'indemnités de départ ainsi que la possibilité de départ en retraite anticipée».

Les syndicats de la raffinerie ont dénoncé cette décision, estimant que la direction «se cache derrière un motif économique alors que nos experts ont présenté un modèle économique avec des marges et une rentabilité intéressantes».

«Les éléments de ce plan social ne sont pas acceptables pour les salariés», a commenté à l'AFP Guillaume Ringeval, délégué CGT et membre de l'intersyndicale de l'entreprise. Concernant le PSE, «nous avons seulement des pistes, c'est en dessous de tout et cela ne passera pas auprès des [...]

Lire la suite de l'article sur Actualité Alsace