Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

Quitter le privé pour le secteur associatif

Jeudi 06 Janvier 2011 - Lu 31 fois
Catégories : Actus de l'emploi

L'emploi dans le secteur associatif : l'étude de R&S - Worldnews. Ils ont 30, 40 ou 55 ans. En commun, une carrière prometteuse au sein de cabinets de conseil ou de grands groupes. Souvent, une famille et des enfants. Et une furieuse envie de donner plus de sens à leur vie professionnelle. Leur solution: quitter le secteur privé pour rejoindre le milieu associatif. Ces transferts, latents depuis quelques années, s'accélèrent depuis deux ans. La crise et la pression qu'elle engendre ont parfois servi de catalyseur à ceux qui avaient une volonté de sauter le pas.

Au total, en 2009, selon le dernier bilan de la «France associative» émanant du cabinet Recherches et Solidarités, le secteur associatif a créé plus de 30.000 emplois. Depuis le début de la décennie, les emplois du secteur associatif ont crû de 22%, contre 7% pour ceux du secteur privé marchand. «Non seulement le nombre de transferts augmente, mais les cadres sautent le pas de plus en plus jeunes», constate Hervé Garrault, directeur de l'Association pour le développement du management associatif, qui a lancé en 2004 une formation à l'École des mines de Paris.

Une «moindre pression» 

C'est le cas de Frédéric Étienne, cadre chez Accor, qui, à l'aube de la quarantaine, avec quatre enfants, a réalisé que sa vie professionnelle ne lui apportait pas satisfaction et qu'il cherchait un sens. Trop de pression, un besoin d'évoluer vers les ressources humaines qui n'a pas été pris en compte. Une formation de coach et un bilan de compétences plus tard, il a rejoint l'an dernier la Fondation d'Auteuil en tant que directeur Normandie.

Même démarche pour Emmanuel Perrin, ingénieur agronome, qui, à 31 ans, a décidé de se détourner de ses perspectives de carrière confortables dans un cabinet de conseil pour rejoindre le Secours catholique dans l'équipe de collectes des dons. En parallèle, sa femme quitte elle aussi une société informatique pour l'Association des paralysés de France. Comme eux, la plupart des cadres qui sautent le pas évoquent une «moindre pression» et un «véritable sens à leur activité professionnelle».

De leur côté, selon Jean-Bernard Prim, DRH de la Fondation d'Auteuil, qui a reçu l'an dernier 300 candidatures émanant du privé, «les associations doivent se professionnaliser de plus en plus, même si nous avons parfois un débat interne pour savoir si nous ne sommes pas en train de nous transformer en entreprises».

Pour autant, le passage n'est pas toujours évident. D'abord parce que les postes correspondant aux compétences de ces cadres ne sont pas forcément pléthoriques. «Et beaucoup sont pourvus par cooptation avec des consultants [...]

Lire la suite de l'article sur LE FIGARO - Le Figaro ? Emploi : Offres d’emploi avec ...

Images

L'emploi dans le secteur associatif : l'étude de R&S - Worldnews.