Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

Pôle emploi met les grands de l'intérim au régime

Jeudi 30 Décembre 2010 - Lu 2 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Section socialiste de l'île de Ré » 04 ? Emploi formation Ce n'est pas un cadeau que Pôle emploi vient de faire aux entreprises de travail temporaire. Quelques jours avant Noël, son directeur général, Christian Charpy, a déclaré que le recours aux opérateurs privés, notamment les groupes d'intérim, baisserait de deux tiers en 2011. Au lieu de suivre 200.000 chômeurs, ces sociétés n'auraient plus qu'à en gérer 80.000 à 85.000. «Je nous trouve bien mal traités, proteste Françoise Gri, présidente de Manpower France. Nous n'étions pas au courant de cette décision. Nous avons appris par voie de presse que ces prestations seraient réduites.»

Les autres grands du secteur, eux, font profil bas sur cette affaire. À l'image de Randstadt France où l'on affirme: «Les politiques budgétaires de Pôle emploi n'ont pas à être commentées.»

Un excès de prudence pour ne pas mécontenter un client? Pas uniquement. En fait, ces contrats lancés au plus fort de la crise en 2009 n'ont jamais pesé très lourd. Chez Crit, cette activité génère 3 à 4 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires total supérieur au milliard. Chez Adecco France, elle représente moins d'1% des ventes. Et les marges sont plus faibles que dans une activité d'intérim classique, compte tenu des exigences de Pôle emploi: «La productivité est difficile, car on nous impose une multiplicité de points d'accueil spécifiques pour les demandeurs d'emploi», souligne François Davy, président d'Adecco groupe France.

Si les grands de l'intérim se sont lancés dans cette activité, c'est qu'elle les a aidés à passer la crise. «Ces contrats étaient bienvenus, car notre réseau était disponible et pas suroccupé», illustre Nathalie Jaoui, présidente de Crit. «Cela a permis de ne pas trop toucher aux équipes dans les agences», renchérit Arnaud de la Tour, président du Prisme, syndicat professionnel des entreprises de travail temporaire.

Potentiel sur le marché de la fonction publique 

Mais, aujourd'hui, le secteur connaît un début de reprise vigoureux. Au troisième trimestre 2010, Adecco France affiche une progression de son activité de 19%. Manpower France table pour le dernier trimestre 2010 sur une augmentation de ses ventes comprise entre 15 et 18%. Pas encore de quoi pavoiser, car le secteur n'a pas retrouvé son volume d'activité d'avant crise, en 2007. [...]

Lire la suite de l'article sur LE FIGARO - Le Figaro ? Emploi : Offres d’emploi avec ...

Images

Section socialiste de l'île de Ré » 04 ? Emploi formation