Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

« La pauvreté touche de plus en plus d’actifs » : La barbarie sociale est devant nous. (BLOG CITOYEN T7)

Mercredi 10 Novembre 2010 - Lu 2 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Phénomène nouveau, les actifs représentent 62% des personnes accueillies, dont 41,9% cherchent un emploi. « Ce sont des gens qui ont des revenus et qui, en d’autres temps, ne seraient pas venus nous voir », explique François Soulage, président du Secours catholique. Le revenu de solidarité active (RSA), créé en 2008 pour rendre l’emploi plus attractif, n’a pas changé la donne. Secours Catholique : « La crise a fait basculer dans la pauvreté des gens qui ne devraient pas y être » Les nouveaux visages de la pauvreté

On leur a promis la mondialisation heureuse et c’est l’enfer qui va s’abattre. Ça emportera les plus faibles et remontera

jusqu’à ceux qui se croyaient à l’abri, leur conscience bien au chaud. Le tribunal de l’histoire nous jugera comme des cyniques et des ignorants consentant, obsédés à la satisfaction immédiate de nos désirs devenus planétaires. Même les plus volontaires ont été aspirés, diront-ils, par cette lame de fond financière, de rentabilité, de management, d’efficacité, et de fatuité… qu’aura déserté l’amour, la compassion, la générosité et la bonté, nés du mariage de la raison et de la foi. Du coeur et de la beauté du vivre ensemble. Notre époque est laide de trahisons contre l’homme et la femme et de son invisibilité spirituel. Une humanité qui peine à respirer et à repenser devant cette folie des temps, qui est bien plus qu’un égarement, mais bien le projet de tous contre tous. Je n’ai pas de mots assez dur pour dire ma stupeur, devant de si nombreux criminels déguisés en experts de la fausse parole ! Relisez les paroles de St Catherine de Sienne : Sans la grâce, c’est la barbarie qui revient. L’endurcissement du coeur de l’homme. Et personne n’y échappera.


Le rapport du Secours catholique, rendu public le 9 novembre, fait état d’une augmentation des Français en situation de précarité en 2009. Les couples avec enfants sont plus nombreux à solliciter de l’aide, ainsi que les jeunes et les actifs.
La pauvreté touche de plus en plus d’actifs

De plus en plus de pauvres, souvent jeunes, étranglés par des fins de mois difficiles : tel est le constat dressé par un rapport du Secours catholique sur l’année 2009 en France, celle de la crise.
Après une baisse observée en 2007, le nombre de situations de pauvreté constatées par l’organisation a augmenté de 2,1% l’an dernier pour la seconde année consécutive, représentant 1,48 million de personnes.

« La crise socio-économique et l’impact sur l’emploi rendent encore plus incertaine l’amélioration des conditions de vie et fragilise davantage les personnes », notent les auteurs du rapport. Dans 94% des cas, les personnes aidées vivent sous le seuil de pauvreté, établi à 950 euros par mois. Près d’un tiers (29%) sont de nationalité étrangère. Si les familles monoparentales sont largement représentées, la part des couples avec enfants augmente : 21,8% des situations rencontrées, contre 20,5% en 2008. « Lorsqu’un des deux adultes perd son emploi, la famille peut se trouver rapidement en difficulté », dit le rapport.

La pauvreté en France touche de plus en plus de jeunes : 11% ont moins de 25 ans, la moitié a moins de 40 ans. Phénomène nouveau, les actifs représentent 62% des personnes accueillies, dont 41,9% cherchent un emploi. « Ce sont des gens qui ont des revenus et qui, en d’autres temps, ne seraient pas venus nous voir », explique François Soulage, président du Secours catholique. Le revenu de solidarité active (RSA), créé en 2008 pour rendre l’emploi plus attractif, n’a pas changé la donne.

« En juin 2010, le RSA a concerné 174.000 personnes. Or, on pensait qu’il y en aurait 600.000 ou 700.000. Nous avons constaté que plus de la moitié des personnes dont on sait qu’elles pourraient le demander ne le font pas », note François Soulage. Un dysfonctionnement que les associations caritatives mettent sur le compte d’un système intrusif et trop compliqué. « Les gens disent ‘je préfère garder le revenu que j’ai aujourd’hui même si c’est un revenu faible et non déclaré car au moins je peux compter dessus’, et ça c’est très grave ». Le [...]

Lire la suite de l'article sur Wikio - Emploi