Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

RSA jeunes : Roselyne Bachelot se donne six mois pour ajuster le dispositif (Les Echos)

Mardi 21 Décembre 2010 - Lu 1 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Pauvreté : «Il faut optimiser les dispositifs existants» - Worldnews.Combien de moins de 25 ans bénéficient du revenu de solidarité active (RSA) depuis qu'est entrée en vigueur sa déclinaison pour les jeunes le 1 er septembre ? Selon la Caisse nationale d'allocations familiales, qui gère le dispositif, ils seraient moins de 4.000. Le ministère des Solidarités fait, lui, état de quelque 11.500  demandes déposées. Quoi qu'il en soit, le constat est commun : les chiffres sont très loin de l'objectif des 160.000 bénéficiaires annoncé par François Fillon en février.

Dimanche, l'ancien haut-commissaire aux Solidarités actives, Martin Hirsch, a donc affirmé sur Canal  qu'il fallait « assouplir » les conditions d'accès du RSA jeunes, estimant que « ce n'est pas une réussite pour l'instant ». Le « père » du RSA, qui avait vu la voilure de son projet à destination des jeunes réduite, a bien compris qu'il y a, avec le dossier de l'emploi des jeunes sur la table du gouvernement et des partenaires sociaux, une opportunité à saisir. A l'occasion de l'ouverture de la négociation entre le patronat et les syndicats sur le sujet, la CFDT a aussi annoncé qu'elle porterait la question du RSA jeunes.

L'ancien haut-commissaire aux Solidarités actives a eu l'occasion d'en parler dès hier à la nouvelle ministre des Solidarités, Roselyne Bachelot. Sa première piste serait de permettre à un jeune remplissant les conditions d'activité de deux ans dans les trois dernières années de toucher le RSA en cas de chômage à l'épuisement de ses droits à indemnisation. La seconde serait de comptabiliser comme activité les périodes de formation des jeunes apprentis et ceux en contrat de professionnalisation. Et, pourquoi pas, assouplir la période de référence pour ouvrir des droits, de trois à quatre ans.

Roselyne Bachelot reste prudente. « Le dispositif mérite d'être évalué », a-t-elle expliqué hier aux « Echos », estimant toutefois qu'il faut bien un trimestre de fonctionnement, compte tenu du temps de montage des dossiers.

Convaincre la majorité UMP

Elle estime en outre qu'il faut « commencer par [...]

Lire la suite de l'article sur Wikio - Emploi

Images

Pauvreté : «Il faut optimiser les dispositifs existants» - Worldnews.