Service Domicile » Actualités

Actus en Dordogne

Jean Rouger critique le choix de Pôle Emploi

Vendredi 24 Septembre 2010 - Lu 169 fois
Catégories : Dordogne

Le maire milite pour l'implantation de Pôle Emploi sur le site de Courbiac, proche du centre. Or, la direction régionale de Pôle Emploi opte pour la périphérie. «Je suis choqué de la très grande désinvolture avec laquelle cette décision a été prise, sans tenir compte des partenaires et, surtout, des demandeurs d'emploi. » Lors d'une conférence de presse tenue mercredi matin à l'Hôtel de ville, Jean Rouger, le maire, a bel et bien fustigé le projet de Pôle Emploi d'implanter une antenne unique de ses services en périphérie de la ville, à Saint-Georges-des-Coteaux, plutôt que sur le site de Courbiac, en bordure de la Charente, à proximité du centre-ville. Depuis la fusion entre l'Agence nationale pour l'emploi (ANPE) et l'Assedic, le 1er janvier 2009, les personnels de Pôle Emploi continuent de travailler, à Saintes, sur les deux sites occupés jusque-là par les deux structures. L'un se trouve sur la ZAC (1) de Recouvrance, l'autre dans le lotissement des Carrières, rue Pierre et Marie Curie. Cette double implantation n'est commode ni pour les personnels, ni pour les demandeurs d'emploi ou les chefs d'entreprise. Pôle Emploi s'est donc lancé à la recherche d'un terrain sur lequel pourrait être implanté un lieu d'accueil unique. Les agences spécialisées en immobilier d'entreprise ont été contactées et une solution a été trouvée, il y a près d'un an, à Saint-Georges-des-Coteaux sur la zone de la Bobinerie, à proximité de Dim'Sud Menuiseries ou du futur Centre d'aide par le travail. Près du centre-ville Dans ses premières recherches, Pôle Emploi n'est pas entré en relation avec la municipalité de Saintes qui a découvert ce projet, déjà bien avancé, au mois de mai dernier. Jean Rouger, le maire, et ses services lui trouvent un inconvénient majeur : son éloignement du centre-ville et l'absence de transports urbains à proximité immédiate. Jean-Louis Monget, le directeur des services de la Ville, prend alors contact avec la Direction régionale de Pôle Emploi afin de lui proposer un autre lieu d'implantation, sur le site de Courbiac (l'ex Gamm'Vert). Les anciens chais, en cours d'aménagement en Hôtel d'entreprises, offre une superficie de 1 500 mètres carrés aux normes développement durable (2). L'espace disponible appartient à la Sémis (3) qui a déjà travaillé au regroupement de sites de Pôle Emploi à Royan ou dans l'île d'Oléron. Dans une « note d'opportunité » adressée à Dominique Morin, le directeur régional de Pôle Emploi, la Ville fait, surtout, valoir, l'accessibilité de l'ex magasin Gamm Vert depuis le centre-ville tout proche, sa conformité avec le cahier des charges de Pôle Emploi mais aussi l'intégration du service public dans un « quartier en devenir » la Fenêtre, dans le cadre du programme de rénovation urbaine. Un comparatif Jean Rouger défend le projet, par téléphone, auprès du directeur régional de Pôle Emploi. Le 1er juillet dernier, il fait visiter le site de Courbiac au directeur financier régional de Pôle Emploi et à un autre technicien. Le 27 juillet, le maire saisit Christian Charpy, le directeur général de Pôle Emploi. Estimant que la proposition immobilière de la Ville n'a pas été examinée de façon approfondie, Jean Rouger lui demande une réponse écrite et argumentée sur le choix final de Pôle Emploi. L'été a passé. Le 6 septembre, Jean Rouger a reçu un courrier de Christian Charpy. Comme souhaité par le maire de Saintes, celui-ci établit un comparatif entre les deux projets en concurrence (lire par ailleurs). Une lettre du préfet Quarante-huit heures après la réponse de Christian Charpy, le maire de Saintes a reçu copie d'un courrier signé par le préfet de la Charente-Maritime, qu'il avait informé de ses démarches auprès de Pôle Emploi. Dans cette lettre adressée au patron de Pôle Emploi, Henri Masse écrit notamment : « Il m'est apparu opportun de vous faire part de l'intérêt réel apporté par la Ville au positionnement d'un Service majeur pour les équilibres sociaux et économiques d'un bassin de vie relativement important. » Voyant dans cette lettre un soutien à sa position, Jean Rouger enfonce aujourd'hui le clou en prenant à témoin l'opinion publique en général et les usagers de Pôle Emploi en particulier. « La position arrêtée par Pôle Emploi ne tient pas compte des réalités humaines et sociales du territoire », assène le maire de Saintes. (1) ZAC : zone d'aménagement concerté (2) Les normes HQE (Haute qualité environnementale) et BBC (Bâtiment basse consommation). (3) Sémis : société d'économie mixte immobilière de Saintonge - dominique paries

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi