Service Domicile » Actualités

Actus dans les Landes

  • Lundi 26 Septembre 2011
    Un tiers des salariés français veulent quitter leur entreprise > Lire la suite

  • Vendredi 23 Septembre 2011
    Face-à-face avec l'emploi > Lire la suite

  • Lundi 11 Juillet 2011
    Les salariés aquitains sous pression > Lire la suite

Un fourgon pour des livraisons à domicile

Mardi 18 Janvier 2011 - Lu 4 fois
Catégories : Landes

Agé d'à peine 22 ans, doté d'un Bac pro commerce qu'il a obtenu après deux ans de formation en alternance, Guillaume Hugonnot vient de créer son entreprise. Il sera transporteur. « J'ai travaillé comme livreur pour une entreprise de fruits et légumes à destination des restaurateurs et collectivités, dit-il. En fait, je préparais les commandes et j'allais les livrer. Mais j'ai été licencié pour raison économique, alors il m'a bien fallu trouver autre chose. »

Pas découragé bien qu'étant au chômage, le jeune homme décide alors, puisqu'on est au début de l'été, de tenter sa chance en saison. Ayant dégoté grâce à un ami un emplacement gratuit à Soustons, il se fait commerçant ambulant en fruits et légumes. « Ça s'est très bien passé, mais la saison terminée, je n'ai pas eu envie de poursuivre dans ce domaine. Et depuis, j'ai découvert le métier de transporteur grâce à un autre ami, qui travaille pour des entreprises de commerce. »

Il demande et obtient une licence de transport, achète un fourgon de 3,5 tonnes, et s'inscrit comme transporteur indépendant (1). « J'ai un petit utilitaire de 12 m³, dit-il, surélevé pour pouvoir m'y déplacer debout. Je peux travailler pour tous ceux qui ont besoin de faire des livraisons à domicile. Mais à mon propre compte, pas comme salarié. » Conscient que les entreprises de messagerie sont plutôt nombreuses dans le secteur, Guillaume Hugonnot ne vise pas du tout ce marché. « Faire des heures et des heures pour livrer des petits colis ne m'intéresse pas. Je vise plutôt les colis importants, plus volumineux, comme l'électroménager ou les meubles. Un créneau sur lequel il n'y a pas beaucoup de monde. »

Pour l'instant, le jeune entrepreneur, inscrit depuis à peine un mois, débute dans l'inconnu. Il a déjà un contact avec un commissionnaire de transport, qui lui donnerait à exécuter des livraisons chez des professionnels, chez qui une permanence est assurée aux heures ouvrables.

« L'important, pour ne pas perdre trop de temps, est de livrer sur rendez-vous, pas à l'improviste. Parce que si le client [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi