Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

Emploi : les vraies urgences de 2011 (Les dessous du social)

Jeudi 30 Décembre 2010 - Lu 1 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Le pire est à venir: Les économistes appuient le budget 2011 mais ... ÇA VA MIEUX SUR LE FRONT DE L'EMPLOI, nous dit le gouvernement. Selon l'Unedic, l'économie aura créé cette année 93 000 emplois (après en avoir détruit 3,4 fois plus en 2009) et le nombre de demandeurs d'emplois n'aura progressé que de 24 000 en catégorie A (contre 417 500 l'année précédente) ou de 87 000 si l'on tient compte des "activités réduites" ( 565 400 en 2009). C'est mathématique. Et pourtant, à la lecture des derniers chiffres des demandeurs d'emplois publiés le 24 décembre - et qui ont été peu commentés du fait du réveillon de Noël - et de la tendance passée, il y a quelques inquiétudes à avoir pour 2011. D'où l'idée des Dessous du social de rappeler au nouveau ministre de l'Emploi, Xavier Bertrand, quelques priorités importantes à régler sans tarder.

La première urgence concerne les chômeurs quinquagénaires dont le nombre d'inscrits en catégorie ABC n'a pas une seule fois régressé en 22 mois. Pis, leur progression n'a été inférieure à 1% qu'à deux reprises sur la période et supérieure à 1,5% par dix fois. Aujourd'hui, leur nombre frôle les 750 000. Il y a donc quelque chose de paradoxal à juger prioritaire d'agir pour l'emploi des jeunes - qui s'est moins dégradé - plutôt que sur celui des seniors. Si le gouvernement croit que la réforme des retraites (et son dispositif d'exonération de charges pour l'embauche d'un chômeur âgé) suffira à inverser la tendance sur les plus de 50 ans, il se trompe gravement.

La deuxième urgence concerne les chômeurs de longue durée, inscrits depuis plus d'un an à Pôle emploi. Là encore, les statistiques sur moyenne période ne mentent pas. En 22 mois, leur progression n'a été inférieure à 1% que 5 fois et supérieure à 1,5% à 11 reprises. Pis, leur part dans l'ensemble des demandeurs d'emploi a bondi de 30,3% en février 2009 à 37,4% aujourd'hui. Du jamais vu ! Quant au plan de rebond pour l'emploi conclu avec les partenaires sociaux en avril 2010, il tarde à démontrer son efficacité. Tout juste permet-il de limiter la progression de leur nombre, mais pas d'inverser la tendance. Or chacun sait que plus un chômeur décroche du marché du travail, plus il va lui être difficile de s'en rapprocher. Une évidence digne de Monsieur de La Palice mais qu'il est bon parfois de rappeler. D'où la nécessité, selon moi, de mettre maintenant le paquet sur l'accompagnement de ceux qui sont le plus éloignés de l'emploi, et non sur le mode de rupture du contrat de travail (licenciement économique...). Fin novembre 2009, plus de 1,5 million de chômeurs étaient demandeurs d'emploi depuis plus d'un an.

La troisième urgence de cette liste (non exhaustive) touche aux offres d'emploi collectées et satisfaites par Pôle emploi. Là encore, les données sont implacables. Sur les 22 derniers mois, le nombre d'offres collectées a plus souvent baissé (12 [...]

Lire la suite de l'article sur Wikio - Emploi

Images

Le pire est à venir: Les économistes appuient le budget 2011 mais ...