Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

Emploi : jeunes et seniors en priorité (La Dépêche)

Mercredi 01 Décembre 2010 - Lu 2 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Même si en octobre le chômage a baissé dans des proportions inédites depuis 2008, les jeunes et les seniors vont bénéficier de nouveaux dispositifs de soutien. Une annonce de Xavier Bertrand, ministre du Travail, qui veut en parler avec les syndicats.

endus publics en fin de semaine dernière par le ministère du Travail et de l'Emploi, les chiffres du chômage révèlent bien une légère amélioration de la situation en octobre.

Après deux mois consécutifs de progression du nombre de chômeurs, le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi, n'ayant pas du tout travaillé dans le mois (catégorie A), a reculé de 0,8 % en octobre. Sur les listes de Pôle emploi, cela représente 20 300 inscrits en moins pour la France métropolitaine. En prenant en compte les personnes ayant exercé une activité réduite (catégories A, B, C), le nombre d'inscrits à Pôle emploi s'est replié de 13 700, ce qui équivaut à une baisse de 0.3 %.

Le nouveau ministre du Travail et de l'Emploi, Xavier Bertrand, s'est immédiatement fait l'écho de cette embellie en soulignant qu'il s'agissait de « la plus forte baisse » du nombre de demandeurs d'emploi enregistrée dans cette catégorie « depuis février 2008 ». D'ailleurs, le ministre du Travail a prôné hier d'aller « beaucoup plus loin » pour les jeunes et de renforcer l'accompagnement pour les chômeurs de longue durée et pour les seniors.

Le chômage des seniors progresse

Car en dépit de ce repli sensible de la courbe du chômage, les disparités sur le front de l'emploi restent manifestes. Si le nombre de jeunes inscrits à Pôle Emploi a continué à diminuer en octobre, le chômage des seniors à quant à lui poursuivit son inquiétante progression. Du côté des 50 ans et plus, la hausse du nombre d'inscrits s'est en effet prolongée au mois d'octobre.

Leur taux de chômage a progressé de 1.0 % sur le mois et a même dépassé les 15 % (15.3 %) en un an. Au total, ce ne sont pas moins de 736 100 chercheurs d'emploi âgés de plus de 50 ans qui étaient inscrits fin octobre. De la même façon, le nombre de personnes en recherche d'emploi depuis au moins un an a progressé de 0.8 % sur le mois et bondi de 23.1 % sur un an.

Tant pour les seniors que pour les jeunes Xavier Bertrand veut passer par la consultation des partenaires sociaux pour réfléchir aux améliorations à apporter en matière d'accompagnement de ces deux publics sur les questions d'emploi.

«L'embauche des jeunes, un pari »

Christian Darantière, directeur délégué de l'Association pour faciliter l'insertion des jeunes diplômés (Afij).

Les jeunes diplômés ont-ils les mêmes problèmes d'emploi que ceux sans qualification ?

Un grand nombre de personnes gardent une vision étriquée qui veut que lorsqu'on est jeune diplômé, on est privilégié dans la recherche d'emploi. Mais cette époque est révolue et un jeune qui fait des études connaît aujourd'hui les mêmes difficultés. Pire, les jeunes diplômés sont les grands oubliés des politiques publiques : les dispositifs d'aide et d'accompagnement à l'emploi sont prévus pour ceux qui sont peu qualifiés.

Comment expliquer cette situation de chômage chez les jeunes diplômés ?

Le contexte est surtout lié à la crise. Depuis 2008, les entreprises ont stoppé massivement leurs recrutements vers les jeunes diplômés. Pour pourvoir leurs postes, elles recherchent des personnes qui sont opérationnelles de suite, donc avec de l'expérience. Or, l'embauche d'un jeune, c'est un peu un pari sur l'avenir : il y a toujours un temps de latence de quelques mois pour qu'il soit pleinement opérationnel. Les recruteurs préfèrent donc se tourner vers des populations un peu plus âgées de jeunes cadres.

Oui, clairement. Depuis la crise, les entreprises recrutent plus discrètement par le biais de leurs réseaux relationnels. Or, par définition, les jeunes diplômés, avec pas ou peu d'expérience, n'ont pas accès à ce type de réseaux.

Depuis cet été, on s'aperçoit que nous avons atteint un certain palier. Le nombre d'annonces déposées à l'Afij à l'attention des jeunes commence à remonter doucement, ce qui tend à présager que nous sommes plutôt en sortie de crise. Ceux qui en profitent sont les jeunes directement opérationnels, issus par exemple des filières BTS et DUT.

Le chiffre : - 0,8 %

chômeurs > Baisse. En octobre, le nombre de demandeurs d'emplois a chuté de 20 300 personnes représentant une baisse de 0,8 %.

« On met de côté les projets d'avenir »

Une dizaine de personnes patiente devant le guichet de la pimpante agence de Pôle Emploi à Saint-Alban (31). Une sur trois est jeune, très jeune? Priscilla a 23 ans, maman de « jeunes enfants, des yeux bleus, [...]

Lire la suite de l'article sur Wikio - Emploi