Service Domicile » Actualités

Actus en Charente-Maritime

Devenir son propre patron

Mercredi 10 Novembre 2010 - Lu 3 fois
Catégories : Charente-Maritime

Depuis hier et jusqu'à ce soir, les entrepreneurs rochelais sont invités à se rendre au salon qui se déroule à l'espace Encan de La Rochelle. Sont également conviés tous ceux que titille, quelque part, l'envie de devenir son propre patron…

C'est le cas de Didier Rivière. Âgé de 50 ans, il visitait, l'an dernier, le salon de l'entreprise. Un an plus tard, il a créé sa propre société. Et c'est comme « jeune » patron tout neuf qu'il suit, cette année, le salon.

« Je m'occupais d'administration et de conseil aux entreprises », raconte Didier Rivière. « J'étais basé à Paris », poursuit-il. Il a eu envie de voler de ses propres ailes et, surtout, d'une meilleure qualité de vie, ce qu'offre La Rochelle. Voici un an, Didier Rivière s'est retrouvé à la tête de la société ACDR, qui emploie quatre salariés.

« Aujourd'hui, témoigne-t-il, je m'occupe de gestion et de formation administrative. En tant qu'indépendant, j'apporte aux chefs d'entreprises des solutions pour mieux gérer leur affaire. On leur demande d'être gestionnaires, techniciens et d'être de plus en plus performants dans tous les domaines… C'est difficile ! Mon boulot, c'est d'essayer de les aider à se développer, à être moins seuls. »

Autre exemple, celui de Gwenola Boussaton-Cousin, qui vient de créer une entreprise de location de véhicules sans permis. Présente sur le salon aujourd'hui comme il y a deux ans et l'an dernier, elle témoigne de son parcours.

« Je travaillais à Niort, raconte-t-elle. J'étais employée du secteur de bâtiment, dans une société de menuiserie. À cause de la crise, j'ai été licenciée… J'ai alors réfléchi, poursuit-elle, et je me suis dit que c'était le moment où jamais de créer ma propre entreprise. »

Gwenola se lance alors dans une étude de marché et étudie la concurrence sur le terrain. « Être entouré, pour se lancer, c'est primordial », commente-t-elle.

Elle bénéficie d'un suivi mené par l'ANPE qui finit par valider son projet. « C'est la preuve qu'il était viable [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi