Service Domicile » Actualités

Actus de l'emploi

  • Mercredi 07 Mars 2012
    Pour la génération Y, la parité progresse en entreprise > Lire la suite

  • Mercredi 07 Mars 2012
    "On ne laisse pas ses ennuis professionnels à la porte du bureau" > Lire la suite

  • Mardi 06 Mars 2012
    Le gâchis de papier au bureau peut-il s'arrêter? > Lire la suite

A développement durable, compétences locales

Lundi 18 Octobre 2010 - Lu 10 fois
Catégories : Actus de l'emploi

Ce n'est pas qu'une mode: le mouvement s'est accéléré sous l'impulsion du Grenelle de l'environnement. "Le développement durable devient une carte identitaire pour un territoire, un levier pour l'attractivité économique et la qualité de vie", estime Ludovic Grellet, conseiller en recrutement secteur public chez Hudson. Du coup, les collectivités ont besoin de compétences nouvelles pour mettre en oeuvre cette politique. Poursuivant trois objectifs -protection de l'environnement, croissance équilibrée et cohésion sociale- le développement durable concerne de nombreux secteurs.  

Jean-Marie Leroy, directeur du secteur public de Quadra, un autre cabinet de chasseurs de têtes, énumère les activités concernées: construction et logements sociaux, aménagement urbain, gestion de l'eau, assainissement, déchets, énergies nouvelles, transports publics, restauration scolaire... Mais aussi marchés publics: ainsi, la ville de Boulogne-Billancourt recrute un "acheteur public spécialisé en développement durable"- les appels d'offres exigeant des fournisseurs le respect de normes environnementales et sociales... Avec le Grenelle 2, les collectivités de plus de 50 000 habitants sont tenues d'établir un plan climat-énergie territorial (PCET). Il va donc falloir embaucher des chefs de projet PCET.  

Pour coordonner ces programmes, les collectivités ont créé des services dédiés, labélisés développement durable ou Agenda 21. Héritier du premier sommet de la Terre (Rio, 1992), l'Agenda 21 est "un projet global et concret, dont l'objectif est de mettre en oeuvre de manière pérenne le développement durable à l'échelle d'un territoire", précise l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie. On recense aujourd'hui près de 700 Agendas 21 locaux en France (dont une centaine en Ile-de-France). La particularité du métier de responsable du développement durable ou de chargé de mission Agenda 21 tient à son action "transversale": il doit réussir à faire travailler ensemble des équipes éclatées dans différents services. Ainsi, un conseil régional de l'Ile-de-France, le service Agenda 21- Eco-région, animé par Danielle Sauterel, compte huit personnes. Mais la mise en oeuvre de son programme implique quelque soixante-dix agents dans les différentes directions techniques...  

"Lorsque la mission développement durable est rattachée à la direction générale des services, elle a plus de légitimité pour mobiliser les différentes directions techniques et décloisonner les projets", observe Antoine Charlot, responsable du programme Territoires durables au Comité 21. Reste que le succès final tient beaucoup à l'engagement et à l'impulsion de l'élu local, comme c'est le cas à Angers, ville pionnière (voir encadré).  

Pour réussir dans ces postes, il faut combiner compétences techniques et qualités personnelles. "Le profil technique est souvent privilégié, souligne Jean-Marie Leroy, de Quadra, car il s'agit de gérer des projets complexes, de façon transversale." Antoine Charlot insiste sur les qualités humaines nécessaires : [...]

Lire la suite de l'article sur LEXPRESS.fr - Emploi