Service Domicile » Actualités

Actus dans le Rhône

  • Jeudi 07 Juillet 2011
    Les CFA ouvrent leurs portes cet été > Lire la suite

  • Jeudi 30 Juin 2011
    Chômage à la hausse dans le Rhône (20 minutes) > Lire la suite

  • Lundi 27 Juin 2011
    Etudiants et entreprises : quelles sont leurs véritables attentes ? > Lire la suite

La défense des primes fait monter la tension aux HCL

Jeudi 16 Septembre 2010 - Lu 26 fois
Catégories : Rhône

Les policiers ont délogé les manifestants à deux reprises, devant le pont Bonaparte (ci-dessus) et devant l'ancien palais de justice / S. M.

Environ 200 salariés des Hospices civils de Lyon ont manifesté hier devant la direction. Ils ont bloqué la circulation sur les quais de Saône pendant que le directeur exposait ses propositions

Arborant des autocollants « Je suis en grève mais je soigne », les personnels des HCL, qui ont manifesté hier après-midi devant la direction, quai des Célestins, contre la suppression de certaines primes jugées illégales par la Cour des comptes, se disaient « fatigués ». Environ 200 personnes avaient répondu à l'appel de l'intersyndicale CGT, CFDT, FO et SUD, soit la moitié moins que le 1er septembre mais les manifestants étaient très remontés et l'ambiance plus tendue.

Alors qu'une délégation de 15 personnes (syndicats et représentants des différents établissements) se rendait à la réunion avec le directeur général Paul Castel, l'ensemble des manifestants envahissait les locaux. A l'intérieur, la confusion s'est rapidement installée tandis que le directeur refusait d'ouvrir la réunion tant que les locaux ne seraient pas évacués. Finalement, les manifestants sortaient, certains bloquant la circulation quai des Célestins, d'autres installant un barrage devant l'ancien Palais de Justice. Là, le climat s'est vite tendu avec les automobilistes puis les policiers. Les responsables syndicaux n'arrivant pas à convaincre les troupes de lever le barrage, ce sont les policiers qui s'en sont chargés. Le même scénario s'est reproduit une demi-heure plus tard devant le pont Bonaparte où une infirmière a été interpellée. A la direction, les discussions ont commencées avec une heure et demi de retard. Paul Castel a exposé ses propositions. La première consiste à supprimer une partie des primes à chaque changement d'indice des agents, soit un blocage des rémunérations à leur niveau actuel. Une autre hypothèse consiste à faire travailler les personnels 9 h 30 au lieu de 10 heures la nuit et payer cette demi-heure en heure supplémentaire. Quant à la prime d'urgence et à la rémunération des astreintes, il s'agira de « trouver un système légal » pour les remplacer mais cela interviendra dans le cadre de la réorganisation des services actuellement en cours, a précisé le secrétaire général des HCL, Alain Collombet, en ajoutant que dans tous les [...]

Lire la suite de l'article sur Actualité Rhône