Service Domicile » Actualités

Actus en Seine-St-Denis

  • Lundi 06 Juin 2011
    40000 jeunes en marge du monde du travail (Le Parisien) > Lire la suite

  • Vendredi 06 Mai 2011
    Le "9-3" qui connait le plus haut taux de chômage d'IDF, est le 3ème recruteur de la région... ... > Lire la suite

  • Mardi 12 Avril 2011
    Toujours plus de chômeurs en Seine-Saint-Denis (Aulnay libre) > Lire la suite

Le chômage explose malgré l’arrivée des entreprises (Le Parisien)

Lundi 11 Octobre 2010 - Lu 0 fois
Catégories : Seine-St-Denis

Il faut dire que le paradoxe s’est encore accentué ces derniers mois, suivant la courbe du chômage. La Seine-Saint-Denis a beau séduire les entreprises — comme l’opérateur télécoms SFR qui vient d’annoncer son arrivée prochaine avec plus de 8000 salariés —, elle compte aussi de plus en plus de chômeurs. Fin août, on dénombrait ainsi 114880 chercheurs d’emploi, dont 85550 n’ayant pas du tout travaillé depuis un mois.

« On sent un vrai dynamisme, le 93 a gagné 30000 emplois supplémentaires depuis 2004. Mais cela ne profite que très peu aux habitants, c’est évident », analyse-t-on du côté de la Direccte (Direction régionale des entreprises et de l’emploi). Logique, car les grosses entreprises (conseil, assurances, activité financière) ont débarqué avec leurs propres cadres et employés. Dans le même temps, le secteur industriel a perdu 10000 emplois. Alors, même si l’arrivée de sociétés nouvelles a permis l’essor des activités de gardiennage et de nettoyage, avec un recrutement local, le compte n’y est pas. Entre août 2009 et août 2010, le nombre de chômeurs a progressé de 8%. Le département est désormais de loin le plus touché d’Ile-de-France, avec un taux de chômage de 11% (contre une moyenne régionale de 8%).

Aucune ville n’est épargnée : le nombre de demandeurs d’emploi a progressé dans les quarante communes du département (voir tableau). Saint-Denis, terre de sièges sociaux et d’immeubles étincelants, compte le plus grand nombre de chômeurs, près de 7 000, devant Montreuil et Aubervilliers. On a souvent expliqué ce décalage par une inadéquation de l’offre et de la demande : un public sans diplôme ni qualification, face à des entreprises très exigeantes dans leur recrutement. Mais les jeunes diplômés sont de plus en plus nombreux à pointer au chômage :  18% en un an pour les détenteurs d’un bac  2, et  10% pour les bac  3 ou 4.

Quant aux moins jeunes, ils sont particulièrement nombreux à [...]

Lire la suite de l'article sur Wikio - Emploi