Service Domicile » Actualités

Actus dans les Ardennes

  • Mardi 21 Juin 2011
    Mais qui sont ces retraités qui travaillent ? > Lire la suite

  • Mardi 07 Juin 2011
    Les artisans veulent reconquérir les jeunes > Lire la suite

  • Jeudi 26 Mai 2011
    Chômage : les Ardennes toujours à la hausse > Lire la suite

Actus dans l'Aube

  • Mardi 21 Juin 2011
    Mais qui sont ces retraités qui travaillent ? > Lire la suite

  • Mardi 07 Juin 2011
    Les artisans veulent reconquérir les jeunes > Lire la suite

  • Mercredi 16 Mars 2011
    Le forum de l'emploi porte ses fruits (Libération Champagne) > Lire la suite

Actus dans la Marne

  • Mardi 21 Juin 2011
    Mais qui sont ces retraités qui travaillent ? > Lire la suite

  • Mardi 07 Juin 2011
    Les artisans veulent reconquérir les jeunes > Lire la suite

  • Jeudi 26 Mai 2011
    Le chômage se stabilise en avril dans la Marne > Lire la suite

Actus en Haute-Marne

  • Mardi 21 Juin 2011
    Mais qui sont ces retraités qui travaillent ? > Lire la suite

  • Mardi 07 Juin 2011
    Les artisans veulent reconquérir les jeunes > Lire la suite

  • Lundi 07 Mars 2011
    Réforme territoriale (1/5) / "Une boîte à outils" > Lire la suite

La chasse aux faux arrêts de travail

Jeudi 10 Mars 2011 - Lu 5 fois
Catégories : Ardennes, Aube, Marne, Haute-Marne

« Dans 90 % des cas, l'arrêt de travail prescrit par un collègue était justifié », note un médecin-contrôle ardennais.

ARDENNES. Toute crise économique et sociale permet à certaines professions de prospérer. Depuis quelques années, c'est le cas du contrôle médical patronal, secteur en pleine santé et méconnu du grand public.


DANS le département, ils sont des dizaines de généralistes - et des milliers en France - à travailler occasionnellement pour des sociétés privées chargées du « contrôle médical patronal contre l'arrêt abusif », selon l'intitulé officiel. Pas facile pourtant d'obtenir un témoignage : l'étiquette de « médecin-contrôle », parfaitement légale, semble lourde à porter. Autant pour le « flicage » des patients à leur domicile que pour le contrôle implicite du travail d'un collègue. Sous couvert de l'anonymat, ce généraliste ardennais a toutefois accepté de justifier ce choix. Verbatim.
« Il existe des anomalies dans les arrêts maladie, cela justifie que les médecins essaient d'y remédier. Derrière tout ça, il y a une idée de justice sociale. Moi, je me suis engagé là-dedans depuis trois ans, après mûre réflexion. Mais je n'aime pas l'étiquette de médecin-contrôleur

Justifié dans 90 % des cas

Voilà comment ça marche : au départ, le médecin est sollicité par ces organismes privés. Actuellement, je collabore avec quatre ou cinq d'entre eux. Il n'y a jamais de contrat d'exclusivité avec un médecin. En amont, celles-ci sont sollicitées par les employeurs soucieux de vérifier les arrêts maladie de leurs employés. L'employeur me mandate par l'intermédiaire d'un de ces organismes mais je n'ai aucun rapport direct avec eux.
Pour ces consultations, je suis rémunéré 46 euros pour l'acte (contre 23 pour une consultation classique, NDLR), plus 0,61 euro/kilomètre en cas de déplacement. Je ne connais pas la marge que prend la structure qui fait appel à mes compétences.
Les employés en arrêt, je vais frapper chez eux lorsqu'ils doivent y être : 9-11 heures, 14-16 heures, c'est la loi qui le dit. C'est facile de nous diaboliser à travers ces contrôles inopinés mais parfois, selon la pathologie, il arrive qu'on leur donne rendez-vous dans notre cabinet.
Dans 90 % des cas, l'arrêt de travail prescrit par un collègue était justifié. Après, tout dépend du moment de la contre-visite : pour un arrêt de travail d'une semaine, si je vais voir quelqu'un au 2e jour d'arrêt, l'ordonnance a plus de chances d'apparaître justifiée que si j'y vais au 6e jour.

« Le doute bénéficie à l'arrêt de travail »

Quel est l'intérêt pour un médecin de prescrire un arrêt de travail par complaisance ? Ne soyez pas naïfs : cela peut aider à se faire une clientèle. Mais j'ai rarement entendu ou constaté de telles manières de faire - 1 à 2 % doivent fonctionner ainsi.
Sur la philosophie de ces actions ? ça me paraît normal qu'il y ait un juste soin, une utilisation non frauduleuse des choses comme la Sécu, qui reste un excellent système. Moi, je ne suis pas Zorro, je ne veux pas faire la [...]

Lire la suite de l'article sur Région