Service Domicile » Actualités

Actus en Charente-Maritime

Les artisans aux urnes

Mardi 28 Septembre 2010 - Lu 9 fois
Catégories : Charente-Maritime

Les artisans sur le chantier des élections - SudOuest. Près de 1 million d'artisans et de conjoints d'artisans, dont environ 72 000 en Aquitaine, Charente, Charente-Maritime et Gers, sont appelés aux urnes entre le 29 septembre et le 12 octobre. Le vote se fait par correspondance et permettra de désigner 3 600 représentants aux Chambres départementales et régionales de métiers et de l'artisanat. Le précédent scrutin s'était déroulé en 2005.

Plusieurs éléments devraient favoriser la participation, qui, selon les départements, se situait entre 18 et 20 % seulement il y a cinq ans. D'abord, la simplification du vote : au lieu de désigner deux collèges (un par syndicat, un par métier), les artisans n'ont qu'un seul bulletin à glisser dans l'enveloppe. Identifié à un syndicat, il compte une liste de 35 noms, subtil et compliqué panachage de métiers, d'implantation géographique et d'hommes et de femmes (1 pour 4 en attendant la parité en 2015).

L'UPA (Union professionnelle artisanale) regroupe trois grandes confédérations professionnelles : la Capeb pour le bâtiment, la CGAD pour les métiers de bouche et la Cnams pour les services. Ses représentants président la majorité (soit 83) des Chambres de métiers et de l'artisanat (CMA) et présentent des listes « Plus forts ensemble ! » dans chaque département. L'UPA devra affronter le Cidunati dans quelques départements, à l'exemple de la Gironde et de la Charente.

Mais, surtout, elle doit faire face à l'offensive de la Fédération française du bâtiment (FFB), qui regroupe 57 000 entreprises du secteur et qui a constitué des listes élargies (notamment à la CGPME) sous l'étiquette « Artisans de notre avenir ». Avec 24 % des administrateurs élus en 2005, elle gère actuellement 14 chambres et ne cache pas son ambition d'en gagner de nouvelles. La FFB veut « renforcer l'efficacité » des Chambres de métiers, « préparer les artisans aux changements », et propose de mettre des services en commun avec les CCI. « La FFB, c'est le Medef et la finance », ironise un responsable de l'UPA en insistant sur « l'indépendance » et en notant que l'artisanat a mieux résisté à la crise que les grandes sociétés.

Cette émulation est renforcée par la mise en œuvre de la réforme générale des politiques publiques (RGPP), qui va réduire la quantité de fauteuils de président. De 128, le nombre de Chambres de l'artisanat en France va passer à 22. Sur ce point, le scrutin des Chambres de métiers sert de test avant celui des CCI en fin d'année. Plus de 90 % des chambres consulaires de l'artisanat ont accepté, en décembre 2008, au nom de la RGPP et des économies, de simplifier leur organisation. Ainsi, la Drôme, l'Isère, la Loire, la Seine-et-Marne et les Côtes-d'Armor n'ont désormais plus qu'une Chambre de métiers au lieu de deux.

Six régions, dont l'Aquitaine, sont bien avancées dans la fusion de leurs chambres départementales. Deux décrets, parus le 6 septembre, ont avalisé la création d'une seule chambre en Bourgogne et en Nord-Pas-de-Calais. En Aquitaine, la [...]

Lire la suite de l'article sur SudOuest.fr - emploi

Images

Les artisans sur le chantier des élections - SudOuest.